AS VILLEBON TENNIS DE TABLE
Adresse
/
Téléphone

LE TOP SPIN COUP DROIT      

 Historique : 

    Le top-spin est apparu vers les années 1960.

    Les Japonais imaginèrent cette arme pour venir à bout des défenseurs, en utilisant les premiers revêtements backside. A cette époque, de célèbres joueurs comme HARANGOZO, VOGRINC, SIDO, ou BERCZIK qui représentaient l'Europe furent incapables de retourner la moindre balle. Curiosité du sort, cet élément du jeu permit vingt ans plus tard au jeu européen de devenir plus fort et de mettre souvent en danger l'hégémonie asiatique.

    A ses débuts, le top-spin a ralenti le jeu. On ne pratiquait alors que des top-spins lents et hauts avec beaucoup de rotation mais peu de vitesse de translation.

    Au début également, l'apprentissage du top-spin déformait la technique d'attaque du coup droit et beaucoup de joueurs perdirent une partie de leur efficacité.

    Mais avec le temps, le jeu devint plus rapide, les coups de plus en plus efficaces.
    L'arme qui servait essentiellement à battre les joueurs de défense, est devenue une arme principale contre le jeu offensif. Le développement de la technique gestuelle s'est effectué en même temps que celui de la qualité des revêtements. Les surfaces des raquettes sont de plus en plus adhérentes et de plus en plus rapides (avec les nouvelles colles).

    La plupart des joueurs utilisent aujourd'hui le top-spin du revers car il est pratiquement impossible de "couvrir" toute la table avec le coup droit.

    Les top-spins du revers et du coup droit sont utilisés pour démarrer et prendre l'initiative, les joueurs enchaînant ensuite divers coups (attaque, contre attaque, top-spins) suivant leur système de jeu.

     Position de départ :

 

    Les jambes sont légèrement fléchies en avant, écartées de plus de la largeur des épaules, pied gauche en avant, pied droit parallèle à la ligne du fond, légèrement en arrière.
    Le dos est droit, légèrement penché en avant. Le corps fait un angle d'environ 90° par rapport à la ligne du fond. Le poids du corps est également réparti sur les deux jambes.

    Le bras de frappe est légèrement fléchi vers le bas et un peu en arrière.

    La position de la palette reste la même pendant toute l'exécution du coup.


    Préparation :


    Le corps effectue une rotation sur la droite, l'épaule du bras de frappe s'abaisse ( ligne des épaules parallèle à la trajectoire de la balle ). Le dos reste droit.
    Les jambes sont encore fléchies, le poids du corps se déplace sur la jambe arrière.
    Le bras de frappe est légèrement tendu vers le bas et vers l'arrière ( en arrière et au-dessous du genou droit ).

    Frappe :


    Les jambes se tendent et amorcent un mouvement du corps vers le haut. Le poids du corps se transporte sur la jambe avant. Au moment du contact avec la balle, le poids du corps est également réparti sur les deux jambes. L'épaule du bras de bras de frappe se déplace vers la gauche par une rotation des hanches.
    Le bras de frappe se transporte immédiatement après l'extension avec la raquette de la position en bas en arrière à une position en haut en avant, il est soulevé à partir de l'articulation de l'épaule et de plus en plus fléchi au niveau de l'articulation du coude. Le plan oblique est tangent à la trajectoire de la balle.
    
    Contact avec la balle :

     La balle est frappée sur le côté du corps ( à peu près à hauteur de la table ) dans la phase descendante de sa trajectoire.

     Position finale:

     La torsion du tronc porte sur la jambe antérieure. Le poids du corpsse déplace également sur la jambe antérieure. La ligne des épaulesest presque perpendiculaire à la trajectoire de la balle, mais au moins parallèle à la ligne du fond de la table.
    Le bras de frappe se déplace vers le haut et vers la gauche, presque jusqu'au dessus de la tête.

    Les fautes techniques que l'on relève le plus couramment au cours de l'apprentissage sont les suivantes :

        la raquette est trop ouverte : le débutant ne ferme pas sa raquette dans la phase initiale de l'élan car il craint de ne pas toucher la balle. En définitif, il frappe la balle au lieu de la frotter
        la raquette est trop fermée au départ : si la raquette est trop fermée le joueur va être conduit à ouvrir la palette au cours du mouvement. Là encore la balle sera frappée trop franchement.
        le mouvement est trop lent : il est indispensable que le joueur "place" correctement l'accélération de sa raquette juste avant l'impact avec la balle pour imprimer à cette dernière une rotation suffisamment forte. Sans vitesse et donc sans rotation, si la raquette est correctement fermée, la balle ne franchira pas le filet
        la prise d'élan est insuffisante : si le trajet de la raquette, avant l'impact avec la balle, est trop court, le joueur n'a pas le temps ni l'énergie suffisante pour donner de la vitesse à sa raquette. Une prise d'élan trop tardive est souvent la cause d'un élan insuffisant ; le débutant attend trop longtemps pour ramener sa raquette en position de départ après avoir exécuté un premier coup ; le temps lui manquant, il raccourcit l'élan.
        le coup n'est exécuté qu'avec le bras : sans la participation des jambes et du tronc, le coup perd beaucoup d'efficacité.
        le joueur "tombe" en arrière : certains joueurs se penchent en arrière en relevant le buste pendant que le bras termine sa course au-dessus et derrière la tête. Dans ce cas l'axe des mouvements est mal placé : l'appui principal est situé sur la jambe droite au lieu de la jambe gauche et le bassin ne pivote pas en même temps que le buste (il n'y a pas de "gainage" du tronc).
        l'articulation du poignet ne participe pas assez au mouvement. Parfois la pointe de la raquette est déjà dirigée vers le haut dans la phase de préparation du coup. Il n'y a donc pas d'accélération possible avec l'articulation du poignet.
        la balle est touchée trop tardivement : l'exécution du coup est plus difficile si la balle est touchée sous le niveau de la table et le geste est trop vertical.

Les variantes du top-spin coup droit

Le top-spin lent

Le premier cité engendre une balle ayant une trajectoire plus arrondie et une vitesse de déplacement relativement faible puisque toute la force du coup est transformée en rotation. Ce type de coup n'est plus guère utilisé par les joueurs de haut niveau surtout lorsqu'ils sont opposés à des attaquants qui ont l'habitude de frapper violemment sur ce type de balles. Il permet toutefois certains démarrages et un gain de temps lorsque l'on est débordé par l'adversaire (on s'oriente alors vers la remise en balle haute).

Le top-spin rapide ou frappé

Dans le top-spin rapide, la composante horizontale du mouvement est plus importante. La physique nous enseigne que la balle tourne moins vite dans le top-spin frappé que dans le top-spin à rotation (à vitesse de raquette égale); en réalité la vitesse de la raquette étant vraisemblablement plus rapide dans un top-spin frappé que dans un top-spin à rotation, la rotation de la balle est relativement importante.

La vitesse de rotation de la balle dépend principalement de la force et de la qualité du frottement exercé par la raquette sur la balle.
Ce frottement est fonction de deux éléments: le coefficient d'adhérence du matériau et de la pression exercée par l'un des corps sur l'autre.
En voulant frotter trop finement la balle, pour ne pas lui appliquer une trop grande force de translation, on diminue la pression et par voie de conséquence la vitesse de rotation. Les joueurs adroits règlent leurs coups pour équilibrer l'influence de ces deux composantes ; ils réussissent à appuyer sur la balle et à la frotter en même temps. Le top-spin rapide peut être exécuté sur balle coupée ou liftée. Contrairement au précédent, il doit être exécuté dans sa trajectoire ascendante, au plus tard au sommet de celle-ci.

Le top-spin latéral

Le top-spin latéral est vraissemblablement la forme la plus difficile de ce coup. Il exige une très bonne perception de la balle, un très bon jeu de jambes et une grande force physique. Son exécution diffère sensiblement du top-spin classique où la raquette se déplace perpendiculairement à l'axe de trajectoire de la balle.

Pour ce type de top-spin, le bras décrit latéralement un arc en forme de croissant et la raquette progresse avec son arrête pratiquement face au mouvement. C'est ainsi qu'il est possible de toucher la balle sur une face latérale tout en effectuant un mouvement d'arrière en avant et de bas en haut. En déplaçant le bras et la raquette dans un mouvement en forme de croissant et non perpendiculairement à la trajectoire de la balle adverse, le rayon du bras dimininue et il faut se placer plus près de la balle. Le side spin se développe également dans la position pivot, la balle étant touchée sur sa partie latérale gauche (pour un droitier).
Le top-spin peut être réalisé sur une balle déjà "top-spinée" par l'adversaire. Ce coup se réalise en principe à mi-distance.

Le faux top-spin

Dans le faux top-spin, l'accélération est placée après l'impact dans le but de ne pas imprimer de rotation à la balle.
Ce coup qui n'est qu'une imitation du top-spin ne s'effectue en pratique que sur des balles de défense coupée, à la limite sur des blocs assez lents, dans le but de tromper l'adversaire sur la nature de la balle, celui-ci la renvoyant généralement dans le filet.